Magali Bigey, l’intervenante qui ne voulait pas être prof…

Éternelle hyperactive, Magali Bigey est l’une des personnalités fortes de la Licence Professionnelle MOSEL (Marketing et Communication des Organisations du Spectacle, de l’Événementiel et des Loisirs). Elle a gentiment accepté de répondre à nos questions afin que nous en sachions un peu plus sur notre chère professeure de « communication professionnelle » et d’« études qualitatives ».

 

Magali en quelques mots

En entendant tout ce qu’elle a déjà fait dans sa vie, on pourrait croire qu’elle a des super-pouvoirs : elle doit pouvoir se dédoubler, c’est impossible ! En effet, notre quarantenaire est docteure en sciences du langage et maître de conférences en information-communication. En bref, elle exerce ses fonctions d’enseignant-chercheur sémio-linguiste, rien que ça ! Et parmi tout cela, elle parvient encore à trouver le temps de s’adonner à ses différentes passions, qui lui tiennent très à cœur. Hormis son métier, le ski, la lecture et le cinéma l’animent tout particulièrement.

Son originalité et sa ténacité (qui peut même aller dans les extrêmes selon ses propres dires) lui ont permis de se démarquer dans ce milieu difficile et l’ont même menée jusqu’au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), qu’elle  rejoint en 2013. Un certain 14 février, elle est appelée à Paris pour parler d’un livre qu’elle a co-écrit. Initialement pas très enchantée à cette idée, elle monte finalement à la capitale pour quatre minutes de discours, mais certainement les quatre minutes les plus importantes de sa carrière. À l’issue, la directrice du CNRS  en personne vient lui proposer de collaborer avec ses équipes. Et c’est ainsi que notre intervenante à MOSEL devient chercheuse associée au CNRS en culture populaire.

Le mot de Magali : « Moi en trois mots ? Souriante, dynamique et gourmande »

 

Un parcours à faire tourner la tête

Notre intervenante a bien connu les bancs de l’école. Bien qu’elle ne souhaitât même pas passer son bac, il semblerait que sa vocation soit apparue juste après. Son diplôme option arts plastiques en poche, elle s’engage dans un DUT Information Communication en Publicité à l’IUT de Besançon-Vesoul où, ironie du sort, elle enseigne aujourd’hui ! Les formations diverses et variées s’enchaînent ensuite :

  • Bac +2 en Lettres et Communication,
  • Bac + 3 en Sciences du Langage,
  • Master 1 en Grammaire Transformationnelle et Sciences du Langage,
  • Master 2 en Traitement Automatique, Licence de Français langue étrangère,
  • Doctorat de Sciences du Langage.

Elle jongle habilement entre apprentissage et enseignement pour parvenir à ses fins. Ce qui pourrait paraître insurmontable pour d’autres ne lui a pas fait peur et lui a permis d’atteindre son idéal et son statut actuel, qu’elle n’échangerait pour rien au monde.

Le mot de Magali : « Être prof n’était pas une vocation, pas le moins du monde ! »

 

Un métier passion

Malgré tout, Magali se donne à cœur joie dans ses différentes fonctions. Sa vie est rythmée par les cours et les colloques, qu’elle apprécie énormément, les allers-retours entre Besançon et Montbéliard pour donner des cours, mais aussi les tâches administratives. Celles-ci sont très chronophages et lui prennent approximativement une journée par semaine, ce qui est loin de la ravir.

Le mot de Magali : « Les tâches administratives, quelle perte de temps… »

 

Magali Bigey lors d'une journée de recherche sur le web 4.0 et la publicité horlogère à la Haute Ecole de Gestion de Neuchâtel.<br />
Magali Bigey lors d’une journée de recherche sur le web 4.0 et la publicité horlogère à la Haute Ecole de Gestion de Neuchâtel.
© HEG – Haute école de gestion Arc

Son arrivée à Mosel 

Le saviez-vous ? Magali n’était initialement pas censée enseigner en MOSEL ! Tout a commencé grâce à sa rencontre avec Alphonse MBoukou, professeur en économie et marketing à l’IUT de Belfort-Montbéliard. Celui-ci intervient auprès des MOSEL mais surtout des ADIO (Licence Professionnelle d’Attaché au Développement international des Organisations) (nos voisins de palier!) et des GACO (Gestion Administrative et Commerciale des Organisations). Lors d’un forum de classe de première, les deux professeurs discutent et Monsieur MBoukou propose à Magali de venir partager ses savoirs aux étudiants GACO. Marché conclu ! Ni d’une ni deux, Magali commence les cours, mais il n’a pas fallu beaucoup de temps pour qu’elle rencontre Stéphane Laurent, le responsable de la licence MOSEL. À son tour, il lui proposer de venir prodiguer des cours à ses MOSEL. C’est avec plaisir qu’elle a accepté et c’est un choix qu’elle ne regrette absolument pas. Après un premier cours en 2013, c’est en 2014 qu’elle devient définitivement intervenante en MOSEL, afin d’aider les étudiants dans leur expression verbale et corporelle mais aussi pour décortiquer les réponses aux multiples enquêtes qu’ils sont amenés à mettre en places dans les différents modules.

Le mot de Magali : « J’aime beaucoup travailler avec Stéphane, ce qui est fondamental quand on travaille en MOSEL ».

Magali Bigey en plein cours © Stéphane Laurent
Magali Bigey en plein cours © Stéphane Laurent

La Licence Pro MOSEL vue par Magali

La licence pro MOSEL a eu le même effet sur Magali que sur toute autre personne qui s’y confronte : une fois qu’on y est, on ne la quitte plus ! Selon Magali, elle est tout simplement exceptionnelle. « C’est ce que tout étudiant en événementiel devrait pouvoir vivre dans son parcours », complète-t-elle. Quand on lui demande d’établir le profil type d’un Mosel, elle voit quelqu’un de :

  • Tenace, pour être capable d’imposer ses idées,
  • Organisé, pour ne pas se laisser rattraper par la charge de travail,
  • Résistant au stress, car entre les cours et les événements, il y a beaucoup de raisons d’en avoir !
  • Ouvert d’esprit, car la licence sert aussi à cela : découvrir de nouveaux horizons et ne pas rester camper sur ses acquis,
  • Créatif, qualité indispensable pour se démarquer dans ce monde de « requins ».

Enseigner en MOSEL, c’est une chose à laquelle Magali est très attachée. Depuis maintenant 5 ans, elle fait deux heures de route sur l’autoroute la plus chère de France pour 3h de cours en MOSEL, si ça ce n’est pas une preuve d’amour !! Mais la licence lui apporte aussi beaucoup : elle éprouve beaucoup de satisfaction et de fierté quand elle voit l’évolution des étudiants au fil des cours qu’elle leur donne, c’est, pour elle, la plus belle des récompenses.

Le mot de Magali : « Mosel en deux mots ? Plaisir et satisfaction »

 

Mais trêve de bavardages, nous sommes allés encore plus loin. Partez maintenant à la découverte de la Magali spontanée et dynamique grâce au célèbre concept « Fast & Curious » :

 

Un grand merci à Magali Bigey pour le temps qu’elle m’a consacré, je lui souhaite une bonne continuation en MOSEL et dans sa vie professionnelle !



Emma PRINZ

Promotion Mosel #11 2018-19

 

 

Stéphane Laurent, un directeur de formation investi

Après un parcours commercial dans l’industrie, une passion pour la culture et une envie d’enseigner, Stéphane Laurent est aujourd’hui directeur de formation. Il dirige la licence professionnelle Marketing et communication des Organisations du Spectacle, de l’Événementiel et des Loisirs à l’Institut Universitaire de Technologie de Montbéliard.

Un directeur de formation investi-DR

Ses passions musicales

De Stéphane Laurent, nous connaissons le professeur, le chercheur mais nous ne connaissons pas vraiment l’artiste et le sportif. C’est un artiste passionné de musique métal, nous le voyons par son assidue participation au festival Impetus chaque année ; festival de cultures et musiques divergentes. De plus, il n’est pas seulement spectateur de concerts ou de festivals de musique, il a également été le batteur d’un groupe de métal/hardcore. Ces artistes ont sorti un album et ont joué en tournée, aux Eurockéennes notamment en 2005. L’artiste qu’est Stéphane Laurent a au total joué plus de 400 concerts en tant que batteur depuis 1998.

Stéphane Laurent, un batteur passionné-DR

Son activité sportive 

Une autre activité appréciée de ce directeur de formation est le sport et plus particulièrement un sport de raquette : le badminton. Chaque année, Stéphane Laurent, joue en duo avec un étudiant de la licence professionnelle, à la nuit du badminton et aspire à gagner ce tournoi. L’année dernière, son partenaire de jeu et lui-même sont allés jusqu’en finale. A côté du badminton, Stéphane Laurent aime également faire du Vélo Tout Terrain le week-end après une semaine d’enseignement chargée.

Son parcours professionnel jusqu’à l’IUT de Montbéliard

De Lure à Nancy en passant par Vesoul, Stéphane Laurent construit son parcours professionnel et commercial avec un bac ES, une école de commerce et une licence professionnelle. Il refusera une embauche de commercial export pour réaliser son rêve : transmettre ses connaissances. Suite à cela, Stéphane Laurent ouvre et gère un magasin de skateboard en Franche-Comté de 2003 à 2008, en tant que jeune créateur. Après quelques années d’enseignement en lycée professionnel, son ancien professeur à l’Institut Universitaire de Formation des MaîtresDavid Markezic lui ouvre les portes de l’IUT de Montbéliard en 2008.

Sa connaissance de l’existence de la licence

Stéphane Laurent commence par quelques vacations au département GACO (Gestion Administrative et Commerciale des Administrations) avec la prise en charge de TD (travaux dirigés) de marketing.  A force d’expérience et avec le départ d’un collègue dans un autre département en 2010, ce passionné enseigne l’équivalent, en heure, d’un service de maître de conférences à l’IUT.

Son parcours dans la licence

Afin de proposer une formation duale et complète pour les élèves, David Markezic propose à Stéphane Laurent d’intégrer la licence MOSEL. En effet, son arrivée a permis d’enrichir le segment culturel, de par son parcours personnel dans l’événementiel. Effectivement, notre directeur de formation a été président d’une association culturelle pendant 10 ans à partir de 2003. Le segment sport étant enseigné par Jérôme Baptizet, qui par la suite a transmis la direction de la licence MOSEL pour suivre les apprentis de la licence ADIO (Attaché au Développement International des Organisations) .

En 2011, la licence MOSEL accueille donc Stéphane Laurent en tant que responsable des projets tuteurés et deux ans plus tard, il se voit attribuer le suivi des stages des étudiants de la formation. Entre temps, il est nommé chef du département GACO en 2012, pour deux mandats de 2 ans. Viens alors l’année scolaire 2015-2016, année où Stéphane Laurent est devenu directeur de la licence professionnelle.

Ses raisons d’intégrer la formation

Stéphane Laurent a vu en cette formation l’opportunité de transmettre ses connaissances à des personnes qui souhaitent travailler dans l’événementiel et qui, pour certains, ont un parcours similaire au sien. La licence est donc pour lui une application concrète de ce qu’il a appris par lui-même sur le terrain. Enfin il veut permettre à des passionnés d’avoir un enseignement afin de leur permettre d’entrer dans leur vie professionnelle avec les compétences nécessaires.

Son projet ambitieux

Le projet s’appelle la Necronomi’Con, c’est un salon promouvant la culture geek et nippone au parc d’exposition l’Atraxion le 03 et 04 février 2018. Imaginé par quelques étudiants de la précédente promotion de la licence, lors du cour de création d’entreprise, ce projet a convaincu Stéphane Laurent. Celui-ci se lance cette année avec les anciens et les nouveaux étudiants dans la réalisation de cet ambitieux projet ; avec la recherche d’exposants et d’invités, l’appel à bénévoles, le montage de dossier de sécurité… La Necronomi’Con sera sans aucun doute un succès !

Stéphane Laurent, président de l’association Necronomi’Con-DR

Sa définition de la licence MOSEL

Professionnalisation, réalité et excellence sont les trois mots qui représentent au mieux la licence d’après son responsable. Professionnalisante de par ses enseignements qui forment les étudiants au monde du travail. Concrète par des applications lors de projets tuteurés proposés par des entreprises. L’excellence par l’objectif fixé par son directeur de formation et toutes l’équipe pédagogique et professionnelle.

Son candidat idéal

Un candidat idéal doit avoir connu l’événementiel lors d’expériences passées, il doit pouvoir faire preuve d’abnégation et d’opiniâtreté. Enfin, l’étudiant doit être conscient de la direction qu’il prend quand il entre en licence professionnelle MOSEL.

Chaque année, environ 400 passionnées d’événementiel souhaitent intégrer la formation, ce qui confirme l’excellence de cette formation.

Ses ambitions pour la licence

Le souhait, l’ambition de Stéphane, pour tous les étudiants de la licence, est de trouver un travail qui leur plait et de s’éclater dans leur vie professionnelle et personnelle.

Stéphane Laurent a une priorité pour l’évolution de la formation, à court terme, il souhaite développer l’alternance. Pour ce fait, il a créé un calendrier 3 jours d’études, 2 jours de cours à l’IUT afin de permettre aux étudiants de suivre leur projet en entreprise au mieux.

A moyen et long terme, la formation devra s’adapter aux nouvelles normes. En développant l’apprentissage, cela créera des budgets et donnera à la formation l’indépendance dont elle a besoin.

Ses activités professionnelles en dehors de la licence

Ce directeur de formation est très investi dans la licence mais a également des activités professionnelles en dehors de la formation. Il est auto-entrepreneur pour des activités d’enseignement et de conseils en marketing ponctuellement. De plus, cet enseignant est également chercheur associé pour le laboratoire ELLIADD à l’université de Franche-Comté. En effet, en collaboration avec Magali Bigey, une collègue chercheuse, ils ont mené des études sur les lectrices de 50 nuances de Grey ou encore sur les groupes de métal en Franche-Comté.

Son avenir professionnel

Directeur de la licence depuis quelques années, Stéphane Laurent espère depuis longtemps un enseignant universitaire pour co-piloter la formation mais il a conscience que c’est difficile de s’investir pour une reconnaissance très dure à ressentir et à évaluer. De plus, il souhaiterait éventuellement travailler un peu plus voire totalement dans le secteur du privé. Mais cet enseignant est un fervent défenseur de l’enseignement public et du rôle de l’Etat dans celui-ci. Il se demande également à faire valider ses recherches en tant que collaborateur de laboratoire afin de passer une thèse et de devenir Maître de Conférences.

Pour finir il croit dans formations proposées par l’enseignement public ainsi que leur pertinence pour les étudiants. Il croit en la licence professionnelle MOSEL !


Cléophée Guyat Promotion Mosel 2018Cléophée GUYAT
Promotion MOSEL 2017-18

Réussir ton entretien MOSEL

L’idée de postuler à la Licence Professionnelle MOSEL te trotte dans la tête ? Si tu as besoin de plus de renseignements au sujet de la formation, tu peux te rendre à la Journée Portes Ouvertes qui a lieu le samedi 3 février 2018.

Les inscriptions sont ouvertes. Tu décides de postuler. Tu constitues alors un dossier avec toutes les pièces demandées et l’envoie à l’IUT de Belfort-Montbéliard. Il n’y a plus qu’à attendre quelques semaines avant d’avoir une réponse…

Ça y est, enfin ! Tu as passé la première étape de sélection pour entrer dans la licence. Stéphane Laurent, responsable de la formation, te convoque pour un entretien afin de faire tes preuves pour intégrer la licence. Tu te poses beaucoup de questions : comment je vais m’habiller ? Est-ce que je connais le programme et les cours ? Quelles compétences je vais pouvoir mettre en avant afin de me démarquer des autres ? Quels genres de questions le jury va-t-il me poser ? Bref, c’est la panique, mais tu es impatient(e) !

Alors pour toi, voici quelques conseils afin d’être confiant(e) et bien préparé(e) le Jour J.

« Ce n’est pas le stress qui nous tue, mais la manière dont nous y réagissons » Hans Selye 

Gestion du stress

Je te rassure, même si l’enjeu peut être important pour ta poursuite d’étude, il faut te détendre. Tu parles de toi, de tes expériences, de tes compétences et de tes motivations pour intégrer cette licence professionnelle. Sujets que tu maîtrises donc très bien. Il suffit juste de bien organiser ta présentation et de structurer tes réponses en prenant le temps de répondre aux questions posées. Ce n’est pas un concours de rapidité, c’est avant tout un dialogue. Exprime-toi avec calme et sérénité. Prends le temps de formuler tes réponses.

Tu peux être amené à prendre des notes au cours de la rencontre. Je te conseille donc d’apporter de quoi écrire. De plus, cela te permettra de t’occuper les mains avec un stylo (tout ce qu’il y a de plus simple, évite le stylo qui fait « clic-clic » ou le 4 couleurs dans le même genre), pour éviter que ton stress ne transparaisse dans ton attitude ou prenne le dessus. Cela te permet d’évacuer ton stress en le concentrant sur un objet. De ton côté, concentre-toi sur ton attitude : sourire et dynamisme ! Fais attention à ta communication verbale et visuelle et fais ressortir tes motivations et ta volonté de vouloir intégrer la formation. Il faut que ton envie et ta motivation prennent le dessus afin de transformer ce mauvais stress en stress positif et constructif.

 

Bonne tenue

C’est un entretien pour une licence professionnelle en événementiel. L’ambiance de l’entretien est détendue (mais de façon modérée tout de même). Ta tenue doit donc être adaptée au milieu de la formation. Il faut être bien habillé sans en faire trop.

Je te conseille aussi de prendre un double de ton CV et de ta lettre de motivation ainsi que de quoi prendre des notes. Tu peux également apporter un Book avec tes créations graphiques et la description de projets que tu as réalisé ou auxquels tu as participé.

 

La présentation

Généralement, les membres du jury commencent par se présenter et te demandent de faire de même ensuite. Cette demande peut paraître simple, en effet elle l’est, mais il est tout de même important de soigner ta présentation. C’est la première impression que les recruteurs auront de toi. Dans cette présentation, il faudra mettre en avant tes expériences, tes projets ou encore tes centres d’intérêt.

Attention à bien organiser tous ces éléments de façon structurée et claire. Utilise un fil conducteur : par ordre chronologique ou par thématiques. Tu peux t’entraîner en simulant un entretien avec des membres de ta famille ou des amis. Je te conseille également de te filmer. Tes remarques et celles de ton entourage t’aideront à corriger certaines mimiques ou certains tics de langage si besoin. L’honnêteté est un caractère à ne pas oublier. Ne parle pas d’actions auxquelles tu n’as pas participé par exemple. Appuie-toi sur les expériences qui t’ont amené(e ) à faire le choix de te diriger dans ce domaine professionnel.

 

Connaissance de la licence

Ensuite, les membres du jury peuvent te poser des questions sur la licence. Tu te dois donc de bien la connaître. Les cours, comment fonctionne le stage et les projets… Tu peux te renseigner sur l’actualité de la licence ainsi que sur son contenu sur le site de la licence si tu n’as pas pu venir à la Journée Portes Ouvertes.

Tu peux également te renseigner sur l’actualité de la région en Bourgogne-Franche-Comté et plus particulièrement sur les événements en tout genre (culturels ou sportifs) qui se déroulent dans le nord Franche-Comté (Belfort-Montbéliard).

 

Contenu de l’entretien

Ton objectif est de prouver au jury ton envie d’intégrer la licence. Il est important d’avoir un projet professionnel en cohérence avec les débouchés de la licence. N’oublie pas que c’est une licence professionnelle ce qui insinue insertion professionnelle à la sortie de la formation. Il ne suffit pas non plus d’arriver et de dire « je veux créer un festival » ou « je veux organiser des compétitions sportives ». C’est un projet trop vague. Donne des précisions sur la région que tu convoites, fais des choix sur le style de musique, cible un sport en particulier, un métier précis.

Si tu n’es pas sûr, présente cette formation comme étant l’opportunité de faire un choix entre le domaine sportif et culturel ou entre la production et la communication par exemple.

Si tu es sûr de toi, je te conseille même d’avoir réfléchi à un possible lieu de stage ou une ville (française ou étrangère) dans laquelle tu vas concentrer tes recherches.

 

Ta personnalité

« Pouvez-vous me donner vos qualités/défauts ? », « Que me diraient vos proches à votre sujet », « Pourquoi vous ? ». Ce genre de questions peut faire un peu peur, on est d’accord. Il faut que tu y réfléchisses un peu avant le jour J. L’idéal est de trouver un mot désignant une qualité et un défaut en même temps, la franchise ou la discrétion par exemple. Voilà aussi quelques qualité du parfait MOSEL, en toute subjectivité : ambitieux, créatif, flexible, déterminé, esprit d’équipe ou encore fiable. Il faut savoir vendre tes connaissances, tes compétences et ton savoir-être.

Montre toi curieux(se) et fait preuve de vivacité d’esprit. Apporte la preuve de ce que tu avances. Lorsque tu dis que tu aimes le travail en équipe, donne un exemple de situation où tu as été amené à le faire. On peut dire qu’une expérience correspond à un enseignement. Il faut savoir argumenter tes propos.

 

Conclusion de l’entretien

C’est à ce moment-là que tu peux aussi montrer ton intérêt pour la formation en posant une ou plusieurs questions sur la licence. Par exemple au sujet des stages, du déroulement des projets ou encore du parrain de la promotion.

Ce n’est pas rare non plus que le jury te pose une question. Ça peut être une question d’actualité ou alors une question un peu absurde pour voir tes capacités de réflexion et ta réaction face à un sujet que tu ne connais pas.

 

Les 10 commandements

  1. Te rendre à la Journée Portes Ouvertes
  2. Maîtriser ton stress : faire attention à ta communication verbale et visuelle
  3. Avoir une tenue adaptée
  4. Préparer ta présentation : claire et structurée
  5. Connaître la licence pro. (et la région)
  6. Prendre le temps avant de répondre aux questions du jury
  7. Construire et valoriser ton projet professionnel
  8. Réfléchir à un lieu de stage
  9. Mettre en avant ta motivation, tes envies, tes qualités, tes ambitions,…
  10. Poser une question (NDLR : une question appropriée) à la fin de l’entretien

 

ANOUK DALLOZ Promotion Mosel 2017-18Anouk Dalloz

Promotion 2017-18