Après 2 ans à l’étranger, Camille Hallaert nous raconte sa rentrée en MOSEL

Y a-t-il un parcours parfait pour être en MOSEL ? Ai-je mes chances ?

Ce sont souvent des questions qui reviennent, heureusement il n’y a pas de profil parfait, car tous les parcours qu’ils soient classiques ou non sont bons. Pour vous le prouver je vous présente Camille. Jeune MOSEL de 24 ans, Camille revient de presque 2 ans d’expatriation en Nouvelle-Zélande. De retour sur les bancs de l’école, elle nous raconte son parcours.

Camille Hallaert - Asie
Camille Hallaert lors de son voyage en Asie du Sud Est. © Camille Hallaert

C’est en janvier 2016 que Camille s’envole pour Auckland en Nouvelle-Zélande. Bien décidée à améliorer son anglais, elle quitte Bordeaux, sa famille et ses amis, initialement pour 6 mois. C’est finalement un an et demi plus tard que celle-ci revient en France et plus précisément à Montbéliard. Mais revenons au début. Fraîchement diplômée d’un baccalauréat économie et social, Camille décide de se lancer dans une carrière juridique. En effet, elle entame une licence de droit privé option droit international à Bordeaux. Camille l’obtiendra fièrement en 2015. Puis, une envie d’ailleurs pointe le bout de son nez. L’idée de partir voyager et de faire une pause entre sa licence et son master s’immisce dans son esprit.

Itinéraire Nouvelle-Zélande
Road trip de Camille en Nouvelle-Zélande.
© Justine Gayet

 

« Et puis mince, quitte à partir, autant partir loin »

Janvier 2016, c’est décidé, elle s’envole pour l’Océanie et plus particulièrement en Nouvelle-Zélande. Après 365 jours de préparation, 12 mois d’anticipation, le jour J arrive et « même pas peur ». Plus aucune hésitation, elle part à l’aventure, son sac sur ses épaules, son billet d’avion dans la main. C’est sereine qu’elle monte les marches de l’avion qui l’emmènera littéralement à l’autre bout du monde.

Arrivée dans l’hémisphère sud, Camille s’apprête à entamer un road trip sur l’île du Nord avant de rejoindre sa famille d’accueil. Elle visitera ainsi la Nouvelle-Zélande pendant deux semaines avant de rejoindre Suzanne, Pete et leurs trois enfants. Inscrite en tant que fille au pair, c’est par le biais d’un site internet qu’elle rencontre cette famille qui deviendra comme une famille adoptive pour elle. Située sur l’île nord dans la région de Hauke’s Bay, c’est dans une ferme qu’elle reste plusieurs mois à s’occuper de Bridget, Patrick et James. Elle y découvre un mélange de cultures anglo-saxonne et maori, de nouvelles traditions comme celle du partage et de la générosité que lui transmettent cette famille si chaleureuse. C’est dans ce contexte qu’elle décide de repousser son retour en France de quelques mois. Elle restera finalement 10 mois avec cette incroyable famille.

Envie de changer, envie de bouger.

Il faut savoir que Camille ne tient pas trop en place. A la recherche perpétuelle de nouveaux défis, elle postule en tant que serveuse dans un restaurant dans la ville de Napier. Elle s’y fait vite une place, plutôt à l’aise avec les clients, son patron souhaite la garder et lui confie une mission de taille : organiser un festival.

En effet, en voyant Camille passer ses jours de congés à s’intéresser au métier de Stacy, wedding planner pour le restaurant, elle apprend beaucoup à ses côtés. C’est naturellement que Camille accepte le nouveau challenge qui se présente à elle. Ni une, ni deux elle annule (encore une fois) ses billets retour.

Ses premiers pas dans l’événementiel :

L’objectif est d’organiser des rencontres musicales dans le vignoble où se situe le restaurant gastronomique. Ce festival vise à promouvoir les artistes Néo-Zélandais en proposant un format de festival à l’européenne, chose qui existe peu en Nouvelle-Zélande. Chaque dimanche un nouveau style musical est mis à l’honneur, du jazz au rock, des chants traditionnels maori à l’électro, ce festival se veut le plus éclectique possible. Déterminée Camille enchaîne en plus de son job de serveuse les différentes casquettes d’organisatrice de festival.

Ses missions sont multiples :

  • Démarcher des artistes
  • Trouver des partenaires
  • Concevoir des affiches et des flyers
  • Rédiger des post pour les réseaux sociaux
  • Gérer le bon déroulement de l’événement sur place

C’est finalement sans s’en rendre compte que Camille devient multi-casquettes. Elle acquiert ainsi les bases de l’événementiel et trouve enfin sa voie.

Et parfois, il suffit d’une rencontre…

Camille décide de reprendre ses études, il est temps pour elle de rentrer. Elle entame donc depuis son pays d’adoption ses recherches de formation. Puis, par le biais d’une rencontre entre expatriés organisée dans un café que Camille fait le rencontre de Romane Monjaux, qui n’est ni plus ni moins une ancienne MOSEL de la promo 9. Celle-ci la convainc de postuler dans cette formation qui a été pour elle très formatrice. C’est depuis le Laos qu’elle candidate à l’IUT de Belfort-Montbéliard, car avant de rentrer elle s’offre un dernier goût d’aventure en parcourant l’Asie du Sud Est pendant 5 mois en sac à dos.

L’heure des entretiens a sonné..

Acceptée dans la première phase de sélection, Camille est appelée à se présenter en entretien. C’est devant Stéphane Laurent (directeur de la Licence) et Magalie Bigey (intervenante dans la formation) qu’elle se retrouve le jour J. Plutôt sereine, elle défend ses motivations et son projet qui est de travailler dans l’événementiel culturel à l’international.

Le retour sur les bancs de l’école :

Après trois mois en MOSEL, Camille se sent plutôt à l’aise et confiante dans son choix d’orientation même si le mal du pays revient de temps en temps. Mais c’est auprès d’une promotion soudée et d’une colocataire MOSEL en or qu’elle retrouve du réconfort. Le rythme soutenu de la formation n’offre pas beaucoup de répit pour être nostalgique. En effet, pleins de nouveaux projets prenants se présentent à elle. Des projets tutorés aux projets de cours, en passant par les différentes missions du BDE pour lequel est elle vice-présidente, elle n’a pas le temps de s’ennuyer.

ASCAP Tennis
Le premier projet tutoré de Camille et de son groupe : Le Championnat de France Interclubs de Tennis Nationale A par l’ASCAP Tennis.
© Noémie Amblard

Les avantages des parcours « atypiques »

Le voyage de Camille et son parcours en licence de droit lui ont permis d’acquérir une confiance en elle et de la maturité. Elle a su, grâce à son road trip, gérer les petits imprévus qu’on expérimente en voyageant. Puis, en parallèle de ses études bordelaises, Camille a une expérience du monde du travail et du milieu associatif assez riche. Organisatrice d’ateliers de dégustation dans un club d’œnologie, ou travaillant pour le service client de Nespresso en animant des ateliers, ou encore en travaillant en tant que cheffe hôtesse au stade Matmut Atlantique de Bordeaux, sa polyvalence est aujourd’hui un véritable atout.

Le petit mot de la fin :

« Si j’avais un conseil à te donner, à toi, futur MOSEL qui hésite à postuler, de par ton parcours et tes expériences, n’hésite plus. Il faut oser dans la vie ! » Camille Hallaert- Promo #11

 


 Justine Gayet

Justine Gayet
Promo #11

Profile Linkedin

Réussir ton entretien MOSEL

L’idée de postuler à la Licence Professionnelle MOSEL te trotte dans la tête ? Si tu as besoin de plus de renseignements au sujet de la formation, tu peux te rendre à la Journée Portes Ouvertes qui a lieu le samedi 3 février 2018.

Les inscriptions sont ouvertes. Tu décides de postuler. Tu constitues alors un dossier avec toutes les pièces demandées et l’envoie à l’IUT de Belfort-Montbéliard. Il n’y a plus qu’à attendre quelques semaines avant d’avoir une réponse…

Ça y est, enfin ! Tu as passé la première étape de sélection pour entrer dans la licence. Stéphane Laurent, responsable de la formation, te convoque pour un entretien afin de faire tes preuves pour intégrer la licence. Tu te poses beaucoup de questions : comment je vais m’habiller ? Est-ce que je connais le programme et les cours ? Quelles compétences je vais pouvoir mettre en avant afin de me démarquer des autres ? Quels genres de questions le jury va-t-il me poser ? Bref, c’est la panique, mais tu es impatient(e) !

Alors pour toi, voici quelques conseils afin d’être confiant(e) et bien préparé(e) le Jour J.

« Ce n’est pas le stress qui nous tue, mais la manière dont nous y réagissons » Hans Selye 

Gestion du stress

Je te rassure, même si l’enjeu peut être important pour ta poursuite d’étude, il faut te détendre. Tu parles de toi, de tes expériences, de tes compétences et de tes motivations pour intégrer cette licence professionnelle. Sujets que tu maîtrises donc très bien. Il suffit juste de bien organiser ta présentation et de structurer tes réponses en prenant le temps de répondre aux questions posées. Ce n’est pas un concours de rapidité, c’est avant tout un dialogue. Exprime-toi avec calme et sérénité. Prends le temps de formuler tes réponses.

Tu peux être amené à prendre des notes au cours de la rencontre. Je te conseille donc d’apporter de quoi écrire. De plus, cela te permettra de t’occuper les mains avec un stylo (tout ce qu’il y a de plus simple, évite le stylo qui fait « clic-clic » ou le 4 couleurs dans le même genre), pour éviter que ton stress ne transparaisse dans ton attitude ou prenne le dessus. Cela te permet d’évacuer ton stress en le concentrant sur un objet. De ton côté, concentre-toi sur ton attitude : sourire et dynamisme ! Fais attention à ta communication verbale et visuelle et fais ressortir tes motivations et ta volonté de vouloir intégrer la formation. Il faut que ton envie et ta motivation prennent le dessus afin de transformer ce mauvais stress en stress positif et constructif.

 

Bonne tenue

C’est un entretien pour une licence professionnelle en événementiel. L’ambiance de l’entretien est détendue (mais de façon modérée tout de même). Ta tenue doit donc être adaptée au milieu de la formation. Il faut être bien habillé sans en faire trop.

Je te conseille aussi de prendre un double de ton CV et de ta lettre de motivation ainsi que de quoi prendre des notes. Tu peux également apporter un Book avec tes créations graphiques et la description de projets que tu as réalisé ou auxquels tu as participé.

 

La présentation

Généralement, les membres du jury commencent par se présenter et te demandent de faire de même ensuite. Cette demande peut paraître simple, en effet elle l’est, mais il est tout de même important de soigner ta présentation. C’est la première impression que les recruteurs auront de toi. Dans cette présentation, il faudra mettre en avant tes expériences, tes projets ou encore tes centres d’intérêt.

Attention à bien organiser tous ces éléments de façon structurée et claire. Utilise un fil conducteur : par ordre chronologique ou par thématiques. Tu peux t’entraîner en simulant un entretien avec des membres de ta famille ou des amis. Je te conseille également de te filmer. Tes remarques et celles de ton entourage t’aideront à corriger certaines mimiques ou certains tics de langage si besoin. L’honnêteté est un caractère à ne pas oublier. Ne parle pas d’actions auxquelles tu n’as pas participé par exemple. Appuie-toi sur les expériences qui t’ont amené(e ) à faire le choix de te diriger dans ce domaine professionnel.

 

Connaissance de la licence

Ensuite, les membres du jury peuvent te poser des questions sur la licence. Tu te dois donc de bien la connaître. Les cours, comment fonctionne le stage et les projets… Tu peux te renseigner sur l’actualité de la licence ainsi que sur son contenu sur le site de la licence si tu n’as pas pu venir à la Journée Portes Ouvertes.

Tu peux également te renseigner sur l’actualité de la région en Bourgogne-Franche-Comté et plus particulièrement sur les événements en tout genre (culturels ou sportifs) qui se déroulent dans le nord Franche-Comté (Belfort-Montbéliard).

 

Contenu de l’entretien

Ton objectif est de prouver au jury ton envie d’intégrer la licence. Il est important d’avoir un projet professionnel en cohérence avec les débouchés de la licence. N’oublie pas que c’est une licence professionnelle ce qui insinue insertion professionnelle à la sortie de la formation. Il ne suffit pas non plus d’arriver et de dire « je veux créer un festival » ou « je veux organiser des compétitions sportives ». C’est un projet trop vague. Donne des précisions sur la région que tu convoites, fais des choix sur le style de musique, cible un sport en particulier, un métier précis.

Si tu n’es pas sûr, présente cette formation comme étant l’opportunité de faire un choix entre le domaine sportif et culturel ou entre la production et la communication par exemple.

Si tu es sûr de toi, je te conseille même d’avoir réfléchi à un possible lieu de stage ou une ville (française ou étrangère) dans laquelle tu vas concentrer tes recherches.

 

Ta personnalité

« Pouvez-vous me donner vos qualités/défauts ? », « Que me diraient vos proches à votre sujet », « Pourquoi vous ? ». Ce genre de questions peut faire un peu peur, on est d’accord. Il faut que tu y réfléchisses un peu avant le jour J. L’idéal est de trouver un mot désignant une qualité et un défaut en même temps, la franchise ou la discrétion par exemple. Voilà aussi quelques qualité du parfait MOSEL, en toute subjectivité : ambitieux, créatif, flexible, déterminé, esprit d’équipe ou encore fiable. Il faut savoir vendre tes connaissances, tes compétences et ton savoir-être.

Montre toi curieux(se) et fait preuve de vivacité d’esprit. Apporte la preuve de ce que tu avances. Lorsque tu dis que tu aimes le travail en équipe, donne un exemple de situation où tu as été amené à le faire. On peut dire qu’une expérience correspond à un enseignement. Il faut savoir argumenter tes propos.

 

Conclusion de l’entretien

C’est à ce moment-là que tu peux aussi montrer ton intérêt pour la formation en posant une ou plusieurs questions sur la licence. Par exemple au sujet des stages, du déroulement des projets ou encore du parrain de la promotion.

Ce n’est pas rare non plus que le jury te pose une question. Ça peut être une question d’actualité ou alors une question un peu absurde pour voir tes capacités de réflexion et ta réaction face à un sujet que tu ne connais pas.

 

Les 10 commandements

  1. Te rendre à la Journée Portes Ouvertes
  2. Maîtriser ton stress : faire attention à ta communication verbale et visuelle
  3. Avoir une tenue adaptée
  4. Préparer ta présentation : claire et structurée
  5. Connaître la licence pro. (et la région)
  6. Prendre le temps avant de répondre aux questions du jury
  7. Construire et valoriser ton projet professionnel
  8. Réfléchir à un lieu de stage
  9. Mettre en avant ta motivation, tes envies, tes qualités, tes ambitions,…
  10. Poser une question (NDLR : une question appropriée) à la fin de l’entretien

 

ANOUK DALLOZ Promotion Mosel 2017-18Anouk Dalloz

Promotion 2017-18