Semaine type d’un-e MOSEL

Le MOSEL est une espèce très rare, qui ne se trouve qu’à Montbéliard. Ce sont 28 individus d’une durée de vie de 10 mois, dont 19 semaines d’hibernation ou de couveuse. Ils passent approximativement 23h/24h hebdo ensemble afin de répondre aux demandes du chef MOSEL dont nous tairons le nom. Pour en apprendre un peu plus sur leur mode de vie, nous les avons suivis depuis septembre afin de vous raconter leur quotidien.

 

Les journées commencent doucement par un réveil qui nous sonne en chantonnant « Lève-toi, lève-toi ». C’est un faciès de zombie que l’on aperçoit dans le miroir pour la première fois de la journée. Après quelques mouvements au ralenti, il reste 1 min avant le pick-up. La cadence s’accélère alors.

Parce que les MOSEL sont écolos, une série de covoiturages venant de tous les coins de la ville se dirigent à l’IUT. Une voiture bleue, grise, rouge à stickers, noire avec deux portes, noire avec une biquette à l’arrière, toutes se suivent plus ou moins pour entrer dans un parking très vite complet. S’en suit alors le plus grand jeu de Tetris du pays, comptant chaque centimètre afin d’y faire tenir son véhicule. Même si l’on est conscient que chaque matin sera la guerre des places, nos conducteurs préférés aiment râler avant de démarrer une belle journée de cours.

Chacun se dirige vers la salle habituelle, la fameuse Salle TD28, non sans échapper aux escaliers, qui nous invitent à nous essouffler, pour se rattraper de la pizza de la veille. Puis les MOSEL s’installent à leur place habituelle, posent leur sac, enlèvent leur manteau et s’assoient, prêt à entamer la première heure.

Les matinées varient d’une semaine à l’autre. Cependant, nous retrouvons souvent madame Digitale qui nous apprend le jargon des Réseaux Sociaux, essentiel pour comprendre le langage 2.0, et parfois le chef MOSEL lui-même. Il n’y aura qu’une chose à retenir : YOLO. Nous pratiquons le yoga, la détente, l’affirmation de soi, la confiance grâce à maître Développement Personnel. Et parce qu’il est important de garder un esprit scientifique, monsieur Contrôle de Gestion apprécie de nous perturber avec des calculs de nombres.

Les après-midis sont détourés une partie par messieurs Photoshop et Indesign qui nous apprennent qu’il suffit de quelques manipulations pour embellir la réalité. Notre chef MOSEL, utilise son sphinx, non pas pour nous piéger de ses énigmes mais pour décortiquer les enquêtes de nos événements. Et bien sûr, monsieur E-marketing qui nous aide à dépasser nos limites en nous donnant des projets denses mais forts intéressants. Une seule exception : Le jeudi après-midi, qui est dédié aux projets tuteurés. Ce qui inclut appels, mails, rencontres professionnelles, rendez-vous et bien sûr du travail de groupe.

Plusieurs cours nous divisent en 2 groupes de 14 individus. Un choix draconien s’impose alors pour ceux qui sont libres : un séance film de noël ? Fred et Jamie ? ou révisions ? Ce mode de fonctionnement nous fait nous rendre compte qu’il arrive quelquefois où les 2 groupes se croisent à peine dans la journée. Un manque s’installe mais nous gardons toujours espoir de nous revoir.

Chaque jour, nous sommes entourés d’objets précieux et indispensables à notre quotidien. Nos amies Marie-Louise la multiprise et sa jumelle, sont exploitées de tous les côtés pour alimenter nos ordinateurs préférés. Alfredo le vidéoprojecteur quant à lui se fait un peu vieux, nous faisons alors appel à Alfredo junior pour le remplacer et éclairer nos cerveaux de sa lumière. Lorsque c’est l’heure de la pause, beaucoup se ravitaillent à la machine à café qui a le don de maintenir les yeux ouverts. C’est le moment de sortir sa « blague » (à prendre dans les deux sens) et de longer le couloir qui mène vers la lumière.

Une chose est certaine, le rythme du jour est intense. Après 19h, on nous aide même à rentrer chez nous. C’est à ce moment là que nous avons le droit au plus beau spectacle céleste. Le coucher de soleil sur le Mont-Béliard, nous n’avons pas encore déterminé quel mont en réalité (NDLR : il s’agit tout simple du fameux Mont-Bart). Nous pouvons l’apercevoir de la fenêtre exposée Nord-Ouest. Environ 2000 photos sont prises chaque soir, un instagram sera sûrement créé pour cet événement magique qui se produit de façon journalière.

Les journées ne se ressemblent aucunement, nous avons toujours des idées plein la tête qui font varier notre quotidien. Comme si nous manquions de temps, plusieurs projets créatifs et sportifs voient le jour. La rencontre hebdomadaire du mercredi soir pour certains auprès d’un filet de badminton est un rendez-vous essentiel pour se vider la tête. Quelques-uns ont même pris l’initiative de créer une émission de radio portant sur la culture et le sport. Un moment de détente, jeune, drôle, des tests ont déjà été enregistrés. Un résultat des plus déroutant.

Les sorties ne sont pas rayées du tableau pour autant. Un anniversaire sucré au chat toqué, un match gagnant au stade Bonal, un vin chaud au marché de Noël, une bière froide au Local ou une soirée au Moloco. Il y en a pour tous les goûts.  Sans oublier, les événements des projets tuteurés qui nous prennent une bonne partie des week-ends. C’est d’ailleurs l’occasion idéale de participer et soutenir nos chers compagnons qui ont toujours besoin de petites mains. Les week-ends sont également de bons moyens de rattraper le sommeil perdu la semaine. Pas besoin de réveil mais une sortie au marché ou au parc n’est jamais de refus.

Autant dire qu’il reste peu de temps pour faire 10h de route et revoir son chez soi. Mais nous ressentons tous ces incroyables expériences. Une vie à 100 à l’heure, des rencontres à foison, des expériences professionnelles, des fous rires, des larmes, de la joie, de la frustration. Mais avant tout du partage. Notre bout de chemin est déjà entamé, nous nous rendons compte que la fin se rapproche de plus en plus vite, très vite. Ce n’est pas encore l’heure de nous dire aurevoir, alors nous nous dirons simplement bonsoir, et vivement demain, pour continuer cette belle aventure.

LONELLA PERONNETLonella PERONNET

Promotion MOSEL 2017-18

« Témoignage d’une Nordiste en MOSEL »

 

Témoignage

 

Je m’appelle Amandine Morel, j’ai 23 ans et je viens de Valenciennes, près de Lille dans le Nord pas de calais.

Je fais partie de la 10ème promotion MOSEL et je souhaite travailler dans l’événementiel culturel.

 

« Parcours antérieur »

Après avoir obtenu un bac économique et social en 2013 et étant un peu perdue je suis rentrée en licence de psychologie à Lille. La licence ne m’a pas plu, les matières étaient trop scientifiques pour moi, et le système de la fac ne me correspondait pas étant donné que j’ai toujours eu besoin d’être un minimum cadré.

J’ai ensuite intégré un DUT techniques de commercialisation.

Ne sachant pas ce que je voulais faire de ma vie, j’ai décidé de partir en commerce car c’est une branche très large et cela me laissait plusieurs possibilités pour la suite de mes études.

J’ai toujours été passionnée de musique, j’ai donc choisi dans le cadre des projets tuteurés de reprendre une association qui avait pour but d’organiser des concerts.

C’est grâce à ce projet que j’ai découvert ce qu’est réellement l’événementiel.

Ayant aimé cette expérience j’ai commencé à m’y intéresser de plus près, et appréciant les matières de la communication et du marketing j’ai décidé d’effectuer mon stage de 2ème année de DUT dans un bar concert qui s’appelle « Le Tandem bar salon » à Valenciennes en tant que « stagiaire chargée de communication et de programmation événementielle. »

J’ai lors de ce stage eu l’occasion d’organiser des concerts de tout style, une exposition photo, des « journées vintage » et cetera. J’ai adoré cette expérience.

J’ai donc décidé de poursuivre mes études dans cette voie.

 

 

« Le choix de la licence professionnelle »

Je suis passionnée de musique depuis toute petite mais je n’avais jamais songé à lier cette passion à mon futur métier. Aimant le marketing et la communication j’ai fait le rapprochement et me suis dit que je pourrais mêler les deux à travers l’événementiel.

A la suite de l’obtention de mon DUT Techniques de commercialisation à l’IUT de Valenciennes j’ai choisi d’intégrer une licence professionnelle. Ayant toujours été plus à l’aise dans le domaine professionnel que scolaire, il me tardait d’intégrer la vie active.

Voulant tout de même me professionnaliser suite à un DUT plutôt général, le choix de la licence professionnelle était donc parfait pour moi.

 

« Le choix de la licence marketing et communication des organisations du spectacle, de l’évènementiel et des loisirs »

Ne connaissant que les formations de ma région en communication/marketing/événementiel, qui pour la plupart sont payantes et n’ayant pas les moyens financiers d’y postuler, j’ai décidé d’aller me renseigner auprès du centre d’information et d’orientation de ma ville.

Étant prête à partir loin de chez moi pour intégrer la meilleure formation possible, mais aussi car je souhaitais changer d’air, je me suis décidée à découvrir une autre région que la mienne.

La conseillère d’orientation que j’ai rencontrée m’a fourni une liste composée d’une dizaine de licences professionnelles, j’ai ensuite effectué mes recherches de mon côté et la licence MOSEL m’est apparue comme une évidence, je voulais l’intégrer puisqu’elle regroupait tout ce que j’aimais.

Débouchés, partenaires à forte notoriété et programme plus que complet, c’est ce qui m’a attiré vers cette licence.

 

 

« La découverte d’une région inconnue »

J’avais toujours vécu chez mes parents et même à 22 ans, partir à plus de 500 km de chez soi fait peur au premier abord. Je n’étais jamais venue en Franche-Comté de ma vie et je ne connaissais personne vivant dans la région.

Monsieur Laurent, le responsable de la licence m’a annoncé par téléphone début juillet que j’avais été choisie pour intégrer la licence. Quelques semaines plus tard il créait un groupe Facebook recensant les 28 personnes admises, ce qui m’a permis d’avoir un premier ressenti et voir que nous venions tous des 4 coins de la France. Pour ma part cela m’a beaucoup rassurée.

 

« Une licence enrichissante »

La licence MOSEL nous apprend à être très polyvalents vu les nombreuses matières enseignées.

Communication, marketing, développement personnel, création de messages, gestion de crise ou encore relations presses, plus des trois quarts des matières nous sont enseignées par des professionnels. Cela m’a permis de me projeter en situation réelle grâce à des cas concrets et de beaucoup plus m’intéresser aux cours.

C’est ce qui fait la richesse de cette licence d’après moi.

Elle m’apprend aussi au fil des mois à être quelqu’un de plus organisée vu les différents travaux (en groupe en grande partie) qui se chevauchent, ce qui est non négligeable lorsque l’on veut travailler dans ce domaine.

J’avoue avoir eu du mal à gérer mon stress au début vu les différents travaux sur lesquels nous devons travailler en même temps. La licence est composée de 5 mois de cours de septembre à janvier ce qui est une courte période, le travail à fournir est donc dense et non à prendre à la légère, mais même ça, on nous apprend à le gérer.

 

« Des parcours très différents qui se complètent »

Venant d’un DUT techniques de commercialisation et non d’une filière spécialisée en communication ou marketing j’avais peur d’être perdue mais je me suis vite rendu compte des bases que j’avais pu acquérir au cours de mes 2 années précédentes. En MOSEL nous avons tous des parcours très différents (DUT infocom, licence arts du spectacle, BTS tourisme, DUT métiers du multimédia et de l’internet…), et ce qui est bien c’est que nous nous complétons et nous nous entraidons.

Il y a une réelle cohésion et solidarité au sein de la classe. Personne ne se connaissait avant d’intégrer la licence, de plus ayant pour la plupart des centres d’intérêts communs il a donc été beaucoup plus simple de m’intégrer que je ne l’aurais pensé.

 

« Un parcours professionnel qui se concrétise »

Avant d’intégrer MOSEL je savais que je souhaitais travailler dans le domaine de l’évènementiel mais je n’avais pas d’idée de métier précis, je savais simplement que je souhaitais travailler au sein de festivals de musiques, salle de concerts, ou autre endroit partageant de la musique.

Aujourd’hui 3 mois après le début de la formation tout est déjà plus clair. Je compte sur mon stage pour me confirmer cela mais je pense partir dans le domaine de la production plutôt que dans la communication, cependant j’ai découvert ce qu’étaient les relations presses et c’est un domaine qui m’intéresse aussi énormément.

Nous devons trouver un stage de 4 mois pour valider notre licence. Nous pouvons remplacer celui-ci par un service civique, ce qui est une réelle opportunité qui nous permet d’acquérir une expérience plus longue, et de plus, d’être mieux payé.

J’écoute absolument toute sorte de musique et suis très ouverte mais ayant toujours été passionnée par le monde du rock, du punk et du métal j’ai cherché un stage dans cette branche.

J’ai été acceptée en service civique d’une durée de 8 mois au sein du « Motocultor festival open air », un festival de Metal situé en Bretagne et j’ai hâte d’y commencer.

Lors de mes recherches monsieur Laurent m’a conseillé de contacter un ancien MOSEL qui avait effectué son stage au Hellfest festival il y a quelques années, je l’ai donc rencontré. Il a trouvé le temps de venir me voir à l’IUT afin de me briefer et me donner des recommandations. C’est lui qui m’a conseillé de postuler au Motocultor, que je ne connaissais pas. Voici encore une preuve de solidarité MOSEL, même à travers les promos différentes, car MOSEL c’est un peu comme une grande famille.

 

 

 

Amandine Morel

Promo MOSEL 2017-18

 

Partenaire de la licence : Focus sur V2C

 

V2C est un acteur immanquable de la vie culturelle locale. Depuis sa création en 2015, la société accompagne des artistes locaux et régionaux dans leur professionnalisation. Au travers de notre échange avec Marie, responsable communication, vous pourrez découvrir les missions et les valeurs de la société. Nous parlerons aussi de son investissement auprès de la licence. Ancienne élève, elle nous donne son regard  sur cette année riche en apprentissage et l’empreinte qu’elle en garde aujourd’hui.

 

V2C - INGÉNIERIE CULTURELLE & ÉVÉNEMENTIELLE
                        INGÉNIERIE CULTURELLE & ÉVÉNEMENTIELLE

 

V2C Donne de l’élan à vos projets

 

Depuis septembre 2017, la structure a changé de statut pour devenir une  SCOP ; une Société Coopérative et Participative. Ce modèle correspond à l’engagement sociétal et aux valeurs de L’ESS (Economie Solidaire & Sociale), qu’ils défendent depuis leur création. “ C’est par ce changement de statut que Jérémy et moi-même sommes associés” acquiesce Marie. 

Intervenant comme intermédiaire professionnel entre les artistes et les différents acteurs de l’industrie musicale (labels, éditeurs, producteurs, tourneurs, salles de concert, organisateurs de spectacles…), V2C s’inscrit dans une logique territoriale. Les activités de V2C ont été pensées pour répondre aux problématiques liées au développement culturel local. C’est ainsi que deux pôles d’activités ont été constitués :

  • Le Pôle Artistique : Booking, Production, Action Culturelle ;
  • Le Pôle Technique : Régie Technique, Régie Administrative, Régie Publicitaire.

Au fil du temps, V2C a su développer son implication dans la vie culturelle locale. Des missions d’action culturelle sont notamment menées avec des artistes locaux tels que Pihpoh et Dudy pour sensibiliser le public aux pratiques artistiques et favoriser un intérêt à la culture.

Comme  nous l’indique Marie, des concerts OFF enrichissent désormais leurs propositions. “L’objectif est de faire découvrir un artiste local lors d’un concert acoustique dans un lieu plus ou moins atypique. » Rendez-vous chaque 2ème dimanche du mois pour affiner son répertoire. « Dès 2018, nous allons aussi organiser des concerts en coproduction avec les SMAC (Scènes de Musiques Actuelles) locales : en ayant toujours l’objectif de la découverte musicale.”

Visuel - Concert OFF by V2C
Visuel – OFF by V2C

« Sur tout le Nord Franche-Comté, la vie culturelle locale est dense »

Marie nous affirme qu’ici, les acteurs culturels locaux se mobilisent pour proposer au public un vaste choix de sorties et d’activités culturelles. La grande force du territoire est cette coopération entre les acteurs culturels. Les programmations s’adaptent sur celles qui sont existantes pour éviter la concurrence entre des événements. 

V2C, partenaire de la licence MOSEL

Le partenariat avec la Licence Professionnelle a commencé en 2014, dans le cadre des projets tuteurés. Depuis, et ce chaque année, la structure confie un projet réel à un groupe d’étudiants MOSEL. L’équipe les accompagne jusqu’à sa réalisation. 

Cette année encore, il ont choisit de s’investir aux côtés des étudiants. Le projet, très complet, constitue pour eux un apport supplémentaire certain :

Visuel réalisé dans le cadre du projet tuteuré 2018
Affiche réalisée dans le cadre du projet tuteuré – organisation des vœux de V2C. En concert : Albinoid Sound System et Leonard Da Vinci

« Pour la 2ème année consécutive, nous organisons un temps fort pour remercier nos collaborateurs et faire un point sur les activités de V2C. Une première partie est réservée aux professionnels, et la seconde partie de soirée est ouverte au public. Nous serons en compagnie de Leopard Da Vinci et d’Albinoïd : deux groupes alsaciens. » 


Les missions des étudiantes s’axent autour de deux pôles : la production et la communication. Il s’agit donc d’organiser la soirée (présentation, logistique, feuilles de route, catering…) et de mettre en place la stratégie de communication (graphisme, relations presse, R.S…). Ce projet représente une mise en pratique concrète des connaissances acquises  pendant les cours. Les étudiants travaillent principalement en autonomie, des échanges et des réunions régulières permettent à Marie et Audrey de les accompagner. 

Par ailleurs, Jeremy Durand intervient depuis 3 ans auprès des étudiants en  leur apprenant les rouages de la création d’entreprise. L’équipe V2C, composée de trois membres compte deux anciennes diplômées MOSEL. 

 

 

Témoignage de Marie Lintz, chargée de communication

Marie Lintz - Chargée de communication chez V2C
Marie Lintz – Chargée de communication chez V2C.

C’est dans le cadre de la licence professionnelle MOSEL et plus particulièrement des projets tuteurés que Marie a commencé à travailler auprès de Jeremy. Elle participait à l’organisation d’une Release Party. Elle est ensuite devenue sa première stagiaire (en 2015) et de fil en aiguille, son associée.

Grâce à la licence, Marie a pu développer de nombreuses compétences qui l’ont préparé à son poste de responsable de communication. Nous revenons avec elle sur son expérience et les points clé de la licence à ses yeux. « Ce sont notamment les projets tuteurés qui m’ont préparé à mon poste de Responsable Communication. En effet durant ces deux projets, le travail en équipe, la polyvalence et l’autonomie sont de rigueur pour mener à bien les objectifs fixés. « 

Ces projets lui ont aussi appris à être mieux organisée et à gérer son anxiété. La licence Pro lui a aussi permis d’avoir une meilleure aisance relationnelle grâce à tous les travaux pratiques. Comme le précise Marie, l’année de licence est très intense, et pousse les étudiants à donner le meilleur d’eux même ! C’est ce qui selon elle renforce les relations au sein de la promo et permet aux étudiants de rester unis même après la LP.

 


Passionné(e) de musique ? Marie vous recommande quelques immanquables de la région :


« En terme de Musiques Actuelles, je ne peux que recommander La Poudrière à Belfort, qui est sans doute ma salle préférée par son ambiance intimiste et la proximité entre la scène et le public.

Il y a aussi le Moloco à Audincourt,  une salle plus spacieuse, avec un bar décoré avec soin par Le Studio Sauvage et séparé de la scène : parfait pour discutailler ! »

Plusieurs festivals rythment par ailleurs la période estivale :

 

Vous pouvez aussi jeter une oreille aux artistes du catalogue V2C :

 • Dirty DeepDudyHoboken DivisionGlizDom Ferrer • Bigger • (…)

Voici par exemple un extrait du live de Dom Ferrer à la Poudrière, un concert organisé en collaboration avec la LP MOSEL  dans le cadre d’un projet tuteuré :

 

Merci à Marie d’avoir pris le temps et d’avoir accordé tant de soin à ses réponses.

Son mot de la fin ? #lpmosel #promo7 #reseaureseaureseau


Pour plus d’informations et d’actualités, suivez V2C sur  • Leur site web  • Facebook • Instagram


LOLA DURAFFOURG

Lola Duraffourg
LP MOSEL – Promotion 2017-18

 

 


 

Succès grandissant de la journée d’intégration des étudiants MOSEL

C’est bien connu, chaque année, lors de la semaine de la rentrée, la plupart des étudiants participent à une journée d’intégration organisée par l’équipe pédagogique. L’importance de celle-ci n’est en aucun cas négligeable. En effet, elle a pour objectif de permettre aux étudiants de se rencontrer, d’échanger et pour les nouveaux dans la région de prendre connaissance des animations du territoire dans lequel ils s’apprêtent à passer leur année universitaire.

Les étudiants MOSEL de la promo 10 au musée du Kunstmuseum

Programmée le vendredi 8 septembre 2017, cette journée d’intégration est destinée aux deux licences professionnelles du département GACO (Gestion Administrative et Commerciale des Organisations). Ainsi, ce sont les 28 élèves de la licence ADIO (Attaché au Développement International des Organisations) et les 28 élèves de la licence professionnelle MOSEL qui ont profité de cette belle journée dont l’objectif est d’apprendre à se connaître tout en participant à des activités ludiques et sportives.

08h30 : Départ pour Bâle

Après s’être donné rendez-vous devant l’université, les étudiants prennent le bus en direction de Bâle en Suisse. C’est durant le trajet que les élèves commence à échanger, but premier de cette journée. Après une heure et demie de route, le groupe arrive pour la première activité de la journée.

10h00 : 1ère activité – Visite guidée au Kunstmuseum. 

Durant la matinée, divisés en deux groupes, les étudiants suivent une visite guidée centrée sur les arts modernes et les collections du XXème siècle au Kunstmuseum. Celui-ci est classé parmi les plus grands musées d’Europe et abrite une collection d’œuvres impressionnante. On y trouve des œuvres de toutes les époques, depuis le début du 15ème siècle jusqu’à l’époque contemporaine. Avec une surface de près de 10 000m², les étudiants ont accès au bâtiment principal qui propose 31 salles au premier étage qui dévoilent tout un pan de l’histoire de l’art, de Lucas Cranach à Claude Monet, avec de nombreux maîtres du Moyen Âge et de la Renaissance.

Durant leur visite guidée, les étudiants profitent du second étage dédié à l’art moderne et les collections du XXe siècle. Ainsi, ils sont accueilli par les 180 rectangles de couleurs et les grandes toiles abstraites de Gerhard Richter. A la fin de celle-ci, les étudiants jouissent d’un temps libre pour emprunter le nouveau passage souterrain et entrer dans le nouveau bâtiment conçu par le bureau d’architectes bâlois Christ & Gantenbein. Cette extension permet de donner plus de place aux collections du musée, notamment pour les artistes américains d’après-guerre (Rothko, Newman, Warhol, Lichtenstein…). Mais il a aussi pour vocation d’accueillir des expositions temporaires.

Pour plus d’informations : https://kunstmuseumbasel.ch

 

12h30 : Temps de midi, l’heure de reprendre des forces

Une telle matinée a creusé tous les estomacs des étudiants, l’heure est parfaite pour casser la croûte avant l’activité de l‘après-midi. Deux groupes se forment entre les étudiants souhaitant manger leur sandwich dans la cour extérieur du musée et les plus téméraires décidant d’aller s’aventurer dans la ville de Bâle pour trouver l’endroit idéal pour pique-niquer. C’est derrière la cathédrale Notre-Dame de Bâle que ceux-ci décident de prendre leur repas. C’est le moment parfait pour prendre des forces car l’après-midi s’avère être très sportive..

13h30 : 2nd activité – Courses d’orientation dans la vieille ville de Bâle

Au cours de l’après-midi, les étudiants sont invité à participer à une course d’orientation dans la vieille ville dont la richesse architecturale et culturelle en fait une véritable pépite. C’est en équipe de 5 ADIO-MOSEL mélangés que les étudiants se livrent à une compétition acharnée avec à la clé, une surprise de taille pour les 3 premières équipes..

Les équipes ont donc flâné dans la vieille ville de Bâle et firent preuve d’efficacité pour répondre aux énigmes. Ce fut une parfaite occasion pour tous les étudiants de découvrir l’histoire d’une des villes les mieux préservées et plus belle d’Europe de manière originale. Les étudiants furent surpris et furent émerveillés par le riche patrimoine qu’offre le centre-ville de Bâle. Ainsi, ils ont contemplé la Cathédrale Notre-dame, qui se révèle être un véritable emblème de la ville. Avec ses murs en grès rose, ses tuiles colorées et ses deux tours élancées elle marque à jamais la silhouette de la ville de Bâle.

Au beau milieu de la vieille ville les étudiants ont pu admirer l’hôtel de ville, siège du gouvernement de Bâle et du parlement. Cet édifice surprend par sa façade rouge, son impressionnante tour et sa peinture murale polychromes. Près du cinéma, au détour d’une rue, les étudiants ont pu faire un vœu et observer la Fontaine de Jean Tinguely datant de 1977. Cette construction ludique est composée de sculptures mécaniques animées au milieu du bassin et fait partie des emblèmes de la ville de Bâle.

Pour découvrir Bâle, ça se passe ici : https://www.basel.com

16h30 : Back home

Après plus de deux heures de marche et d’exploration, il est déjà temps pour les promotions ainsi que leurs professeurs de rentrer. L’heure des résultats a sonné, et c’est dans le bus que ceux-ci sont annoncés :

  • La 3ème équipe  gagne des carnets GACO ainsi qu’un repas gratuit au Restaurant Universitaire
  • La  2ème équipe  gagne les mêmes lots ainsi qu’une place de concert au Moloco.
  • La 1ère équipe  gagne les mêmes lots que la seconde équipe plus une place pour aller voir un match au stade Bonal de Sochaux.

Durant le trajet du retour, les professeurs retrouvent des étudiants fatigués de cette journée très chargée.  A l’arrivée, tandis que les ADIO partent pour le week-end, les MOSEL décident de leur côté de prolonger cette belle journée d’intégration en organisant une soirée d’intégration dans l’appartement d’une étudiante.

Ce qu’ignoraient encore les étudiants, c’est que cette journée d’intégration n’est autre que le commencement d’une année universitaire très intense. Une année très enrichissante professionnellement grâce à des rencontres très importantes pour le reste de leur carrière. Une année sous tension avec une charge de travail très conséquente mais surtout une année exceptionnelle grâce aux amitiés créées, aux moments partagés et aux souvenirs gravés dans leur mémoire..  

Marie Vidal Promotion Mosel 2018Marie Vidal

Promotion MOSEL 2017-18

Retour sur un évènement, le chalet de Noël de la Biscuiterie Billiotte

De la gourmandise… au projet Mosel

Franck Billiotte, le nouveau maître de la biscuiterie Franc-Comtoise artisanale, nous fait découvrir l’univers de Noël et sa biscuiterie.

Les lumières de Noël de Montbéliard
Les lumières de Noël de Montbéliard

La biscuiterie Billiotte dans le cœur de ville

La ville de Montbéliard est notamment reconnue pour ses «  lumières  de Noël » qui font sa réputation et sa notoriété. Ce sont plusieurs centaines de milliers de visiteurs qui sont attendus pendant les quatre semaines de décembre pour l’un des plus beaux marchés de Noël de France. Celui-ci est d’ailleurs classé avec la 1ère place en 2016 au classement Paris Match et la 3ème place en 2017.

Une fois encore, le chalet de la biscuiterie Billiotte est présent sur la place de l’hôtel de ville pour faire découvrir ses biscuits succulents.

La biscuiterie propose un assortiment de biscuits sablés pur beurre, une miniaturisation des biscuits sous forme de bouchées, des matières premières locales pour privilégier le goût ainsi qu’une identité visuelle dans l’air du temps. La nouvelle marque Billiotte 1897 qui se veut très tendance par la qualité de ses biscuits et par son design a su répondre à l’attente des consommateurs d’aujourd’hui.

Notre commanditaire, Franck Billiotte

C’est lors de ma rentrée universitaire avec la LP Mosel que j’ai choisi de sélectionner le projet tuteuré Billiotte.

Franck Billiotte, directeur général de sa nouvelle marque biscuiterie Billiotte 1897, est notre commanditaire. Notre travail a pour objectif de trouver les meilleures réponses possibles pour attirer un maximum de passants dans le chalet.

Un chalet repensé pour les visiteurs du marché de noël

Le chalet Billiotte au marché de Noël de Montbéliard
Le chalet Billiotte au marché de Noël de Montbéliard

Pour la décoration du chalet, des tons pastels, à la fois chics et modernes, sont retenus par Franck.

Tout l’aménagement du chalet est à revoir puisque cette année celui-ci sera entièrement ouvert, les passants pourront circuler dans le chalet et aussi dans la boutique du centre puisque la vitrine sera retirée pour un espace optimal.

On opte pour des meubles en bois pour le côté chaleureux et de la décoration chic et festive pour un nouveau souffle, frais et dynamique.

L’inspiration et la créativité étaient à l’honneur pour ce projet. Des recherches de décoration sur le thème de Noël ont été réalisées afin de procurer un plaisir pour les yeux.

L’entreprise Billiotte, une histoire de passionnés

Canelés de la biscuiterie BilliotteInitialement, c’est une activité familiale qui n’était pas destinée à devenir le futur métier de Franck. En effet, lorsqu’il était plus jeune, ce n’est pas dans la pâtisserie qu’il a fait ses études mais dans le milieu scientifique. Il n’avait pas le projet de reprendre l’affaire familiale. En faisant ses études à Bordeaux il découvre le fameux cannelé de Bordeaux dont il est tombé amoureux. Ainsi, il va finalement s’intéresser à la biscuiterie en étudiant la faisabilité de production et de commercialisation du cannelé en Franche Comté et dans son entreprise familiale.

L’entreprise appartenait à son arrière arrière grand-père. Franck en a repris les rênes par la suite pour tout repenser de A à Z.

Aujourd’hui encore le produit prend une place importante dans l’entreprise et il est mis en valeur.

Interview de Franck Billiotte, notre commanditaire 

Le métier de Franck est assez vaste, c’est lui-même qui crée de nouveaux biscuits avec la participation de ses employés. Il participe à la mise au point des recettes et les met au goût du jour. Il cherche sans cesse à innover pour enrichir et renouveler son offre. Aujourd’hui son métier est plus tourné vers la gestion de l’entreprise, le développement commercial et les relations humaines.

De gauche à droite : Romain Lamboley, (moi) Franck Billiotte, Perrine Mercier, Amandine Morel

Franck a fait appel aux étudiants de la licence professionnelle Mosel pour réaliser ce projet, depuis la rentrée 2017. Il a la volonté de donner un coup de jeune à l’image de l’entreprise, il voulait avant tout des idées neuves et de la créativité. Son objectif est de donner une image dynamique de sa marque et c’est pour cela qu’il a voulu confier cette mission aux étudiants.

Au bout de 20 années où il participe au marché de Noël, Franck attendait des idées novatrices qui fassent sortir des grands classiques et que la marque puisse se faire remarquer grâce à cela. Une image qui colle à la tendance actuelle, ce qui rejoint tout ce qui a été mis en place depuis le début d’année puisqu’il a changé d’agence de communication qui à revue entièrement la charte graphique, les packagings, etc. Tous ces points ont été repensées pour cette nouvelle image de marque jeune et dynamique.

Retour sur ce travail enrichissant

Travailler sur ce projet m’a offert une expérience professionnelle enrichissante et constructive d’un point de vue relationnel mais aussi organisationnel. Pouvoir communiquer avec des personnes extérieures dans un but professionnel est le meilleur moyen de s’enrichir.

Je constate que le travail est beaucoup plus efficace quand il est réalisé en équipe et dans une ambiance chaleureuse et communicative.

Tout au long de ce projet tuteuré, nous avons pu voir quel était le but de cette stratégie commerciale, en mettant en avant notre créativité ainsi que les biscuits et autres gourmandises de la biscuiterie Billiotte. C’est avant tout un projet humain réalisé dans la convivialité et dans la bonne humeur.

Pour aller un peu plus loin

Crédits photos : Charlyne Liotta

Charlyne LIOTTA

Promo Mosel 2017-18